Voir les photos (6)

Sur le sentier des Douanes

Pédestre à Valleiry

15.0 km
Pédestre
4h
Moyen
  • Sur un itinéraire pédestre chevauchant la frontière franco-suisse, venez découvrir les multiples facettes cachées ou oubliées du patrimoine architectural et historique, rural ou naturel, du bassin genevois.

    A découvrir : les restes apparents de la tuilerie romaine du bois de Fargout, le castrum romain de Chancy, la tuilière, le château et l’église de Pougny, un ancien pont sur le Rhône, le pont de Chancy, l’ancien gué du Rhône, la ripisylve et les berges du Rhône, les îles sous Collonges...
    Sur un itinéraire pédestre chevauchant la frontière franco-suisse, venez découvrir les multiples facettes cachées ou oubliées du patrimoine architectural et historique, rural ou naturel, du bassin genevois.

    A découvrir : les restes apparents de la tuilerie romaine du bois de Fargout, le castrum romain de Chancy, la tuilière, le château et l’église de Pougny, un ancien pont sur le Rhône, le pont de Chancy, l’ancien gué du Rhône, la ripisylve et les berges du Rhône, les îles sous Collonges (ancien franchissement du Rhône), le site de l’Etournel (Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope), la Borne frontière n°1 (ou de Vers-Vaux) datée de 1816, les terrasses fluvio-glaciaires, les escaliers et la borne sarde. En chemin vous traverserez les communes de Valleiry en Haute Savoie, Chancy en Suisse et Pougny dans l'Ain. Il faut compter 5 h 30 de balade pour une promenade découverte.
    Pour encore plus de détails (carte, tracé, descriptif...), vous pouvez vous procurer le Topo Guide de 37 promenades et randonnées: Pays du Salève et du Vuache à pied. En vente à l'Office de Tourisme
  • Documentation

    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
  • Clientèles acceptées

    • Individuels
Points d'intérêt
1 Borne Frontière n°1
Actuellement à cheval sur les territoires français et suisse, cette borne séparait à l’origine le duché de Savoie, de Genève qui venait d’adhérer à la Confédération helvétique.<br/>Le long de la frontière, on peut encore découvrir la borne n°1 qui marque le point le plus occidental de la Suisse. C’est la première des 445 bornes qui délimitent la frontière française du Canton de Genève et plus largement des 6631 bornes qui séparent la Suisse des pays voisins. Cette portion de frontière est très particulière, au sens où l’on se trouve en plaine et qu’il n’y a pas de frontière dite « naturelle ». Il faut chercher l’explication de ce tracé dans l’histoire et le désir d’uniformiser un territoire qui a longtemps été morcelé et disputé. Dans une volonté d’apaisement, le diplomate genevois Charles Pictet de Rochemont est appelé par la ville de Genève pour travailler à une frontière qui soit cohérente pour le canton ainsi que pour la Confédération Suisse. Son travail de diplomatie porte ses fruits et le dessin de la frontière ainsi que l’affirmation de l’indépendance et la neutralité du pays sont acceptés par les puissances étrangères lors du Congrès de Vienne de 1815.
Richement sculptée et datée de 1816, ce bas-relief oppose l'aigle aux ailes déployées du royaume de Piémont Sardaigne, aux armoiries genevoises. Elle constitue un jalon sur l'ancienne voie très fréquentée au XVIIe et XVIIIe siècles menant de Chancy au Vuache, et tombée aujourd'hui en désuétude. Un peu plus loin, 3 escaliers en bois permettent au sentier des Douaniers de franchir les 3 niveaux d'enfoncement successifs du Rhône (terrasses) sculptés dans les alluvions fluvio-glaciaires. Les huguenots empruntèrent ce chemin pour fuir vers Genève, puis ce dernier fut utilisé pendant le conflit de la Seconde guerre mondiale dans lequel la Confédération n’était pas engagée. Côté suisse, Chancy eut un rôle d’accueil d’urgence pour les victimes de l’oppression.