Voir les photos (6)

Sentier historique de l'Ultimatum

Pédestre à Thônes

19.5 km
Pédestre
6h 20min
Facile
  • Un itinéraire en aller-retour empruntant le GR 96 et remontant un vallon encaissé qui conduit au plateau des Glières.
    Départ : La Balme de Thuy, 584m
    Territoire touristique : Aravis
    Aller-Retour, Linéaire

    Montez juste en face direction Chapelle Notre Dame des Neiges, direction que vous suivrez en permanence. Suivez le sentier en lacets en forêt (GR 96®). Assez rapidement, vous rejoignez un sentier venant de la droite. Prenez vos repères pour ne pas manquer cette bifurcation et bien...
    Un itinéraire en aller-retour empruntant le GR 96 et remontant un vallon encaissé qui conduit au plateau des Glières.
    Départ : La Balme de Thuy, 584m
    Territoire touristique : Aravis
    Aller-Retour, Linéaire

    Montez juste en face direction Chapelle Notre Dame des Neiges, direction que vous suivrez en permanence. Suivez le sentier en lacets en forêt (GR 96®). Assez rapidement, vous rejoignez un sentier venant de la droite. Prenez vos repères pour ne pas manquer cette bifurcation et bien descendre à droite au retour. Poursuivez à gauche, passez au ''camp des Insurgés'', et traversez les torrents grâce à plusieurs passerelles en bois. Continuez via ''le circuit des cascades'', pour atteindre une piste d'alpage à Nant Debout. 0H35.
    Suivez cette piste sur la gauche. Quittez la piste pour monter par l'ancien sentier en suivant les panneaux '' Rosière Dran par le long du ruisseau '', puis plus loin '' par le sentier ombragé ''. Vous atteignez ainsi l'alpage de La Rosière. 1H55. Eau au bassin derrière les chalets.
    Sur votre gauche, il n'est pas rare de voir des grimpeurs dans le site d'escalade des dalles de La Rosière. Poursuivez par la piste. Au sortir de la forêt, vous remarquerez sur la droite, de l'autre côté du vallon, les traces d'éboulements anciens dans les pentes de l'Arête du Sappey. Vous débouchez bientôt dans l'alpage de Dran et atteignez la Chapelle Notre Dame des Neiges. 2H45.
    Poursuivez direction ''Maison du plateau'' par la large piste qui vous conduit au parking de Dran. Continuez tout droit en passant le portail du parc, traversez une forêt éparse, descendez jusqu'a un ruisseau et remontez au lieu-dit Paccot Sud ( Restaurant Chez Gautard). 3H05. Suivez la route sur 100 m et prenez à droite, la piste en graviers qui vous amène rapidement au parking du Col des Glières. Le monument est bien visible sur votre droite, ainsi que le plateau lui-même. Suivez la route à droite pour rejoindre le Col même. Chalet d'accueil du monument. 3H45.
    Vous pouvez, si vous le souhaitez, visiter le monument tout proche par un aller-retour en 10 minutes.
    La descente s'effectue en 2h35 en suivant l'itinéraire de montée en sens inverse jusqu'à Morette.

    +visites guidées gratuites à Morette et au plateau+gratuité entrées musées+monument
  • Documentation

    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
  • Clientèles acceptées

    • Individuels
Points d'intérêt
1 Refuge Notre Dame des Neiges
Profitez du charme de notre chalet et découvrez ou redécouvrez les joies des soirées d’antan. Le plaisir de se lever le matin en pleine nature et de prendre un bon petit déjeuner avant de partir pour une belle randonnée sur le Plateau des Glières.
2 Monument national à la Résistance de Gilioli
En raison de l'état sanitaire dû au Covid 19, le Monument National à la Résistance est ouvert uniquement via visite guidée.<br/>Visite guidée:
Visite historique du sentier et du monument à la Résistance
Juin, juillet, août : tous les jours
Septembre, tous les jours sauf le samedi

En juin et septembre : 10h, 11h30, 13h30, 14h30, 15h30
En juillet et août : 10h, 11h30, 14h, 15h, 16h

Durée : 50 min
Limité à 8 personnes maximum
Réservation obligatoire : par téléphone, mail ou sur place, inscription selon disponibilité



Au centre du Plateau des Glières, se dresse le Monument National à la Résistance, symbole d'espérance, réalisé par Emile Gilioli en hommage aux maquisards des Glières.
A la fin des années soixante, alors que se profile la commémoration du trentième anniversaire du Maquis des Glières, l’idée se développe, parmi les Rescapés qu’il devient important « de faire quelques chose qui soit à la hauteur de l’événement ».
Choisi à l’issue d’un concours national dont le jury est formé de 5 rescapés des Glières et de 4 personnalités sélectionnées pour leurs compétences en matière d’art (comme le conservateur en chef du Musée d’Art Moderne de Paris, Bernard Dorival ou le peintre Hans Hartung), le Monument national à la Résistance est inauguré le 2 septembre 1973 par André Malraux.
Impressionnant par ses dimensions, sa hauteur totale est de 15,20 mètres, sur 4 mètres de large pour une longueur de 21 mètres et un disque de 65 tonnes.

Il n’est pas un monument aux morts mais un symbole d’espérance. Son auteur, Emile Gilioli (1911-1977), a voulu réaliser une sculpture-architecture qui exprime l’engagement des combattants des Glières et soit en harmonie avec les montagnes dont les lignes de crêtes le prolongent. Ce monument s’élance tel un V de la victoire. Une des deux flèches monte vers le ciel en signe d’espérance. Il en sort un disque solaire, symbole de renaissance, celle de la liberté. Son équilibre improbable rappelle que la liberté, toujours menacée, est sans cesse à gagner. L’autre flèche est comme cassée net, car toute victoire porte en elle le prix des épreuves, des souffrances et des morts.
Le monument a été pensé comme un tout, avec le mât et les Pleureuses, qui marquent l’entrée de cette plate-forme.

L’intérieur du monument est conçu pour être un espace sacré ; il présente diverses œuvres qui invitent à la méditation. On y trouve la devise du Bataillon des Glières, un texte gravé dans le béton qui rappelle ce que furent les combats des Glières, ainsi qu'un dessin fait d’un entrelacs de lignes symbolisant la guerre.
Dans le fond brille une statue en forme de flamme ; elle aussi pointe un bras vers le ciel, tandis que l’autre, comme le monument, est tronqué. La tête de la statue est marquée de la croix du Christ. Elle représente Jeanne d’Arc et fut offerte par Gilioli qui l’avait primitivement réalisée pour la ville de Florence. Le sculpteur a voulu ainsi rapprocher Jeanne d’Arc et les combattants des Glières dans une même évocation de la France résistante.
3 Nécropole Nationale des Glières
Créé en Avril 1944 pour inhumer les maquisards tombés en ce lieu, ce cimetière recueille les corps de 105 résistants. Il devient nécropole nationale en 1984.<br/>Les premières tombes sont creusées dès avril 1944, à Morette, face aux cascades qui descendent des Glières, pour inhumer les résistants morts au combat. Dès 1945, le cimetière prend sa forme définitive. On y compte 105 tombes.
En novembre 1944, le général de Gaulle accompagné d’Yves Farge (commissaire régional de la République) et François de Menthon (ministre de la Justice) assistent à la ré-inhumation des corps en présence des familles.
En février 1949, le site est reconnu « Cimetière Militaire national ». Puis en 1984, il devient Nécropole nationale des Glières qui est désormais gérée par l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre.
La nécropole nationale des Glières offre une émouvante illustration des valeurs démocratiques des maquisards avec ses étoiles de David, ses croix latines et ses cocardes de la République espagnole.
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur Sentier Historique De L'ultimatum :
  • Médiocre
  • Moyen
  • Bon
  • Très bon
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Sentier Historique De L'ultimatum, soyez le premier à en laisser un !