Voir les photos (5)

Les Suets

Pédestre à Samoëns

9.6 km
Pédestre
2h 55min
Facile
  • Une promenade courte dont le cheminement reliant plusieurs hameaux de Samoëns permet de découvrir de belles maisons traditionnelles, et des témoins du patrimoine rural montagnard.
    Départ : Samoëns / Mairie, 700m
    Une promenade courte dont le cheminement reliant plusieurs hameaux de Samoëns permet de découvrir de belles maisons traditionnelles, et des témoins du patrimoine rural montagnard.

    Itinéraire dans le sens des aiguilles d’une montre

    Rejoignez la Mairie et montez direction Les...
    Une promenade courte dont le cheminement reliant plusieurs hameaux de Samoëns permet de découvrir de belles maisons traditionnelles, et des témoins du patrimoine rural montagnard.
    Départ : Samoëns / Mairie, 700m
    Une promenade courte dont le cheminement reliant plusieurs hameaux de Samoëns permet de découvrir de belles maisons traditionnelles, et des témoins du patrimoine rural montagnard.

    Itinéraire dans le sens des aiguilles d’une montre

    Rejoignez la Mairie et montez direction Les Chosalets par un sentier parmi les murs de pierres, les vergers et les mazots. On prend vite de la hauteur au dessus des toits de Samoëns, et on a une belle vue sur l'église. Au croisement après la croix en bois, au niveau d'un mur en pierre, partez à gauche par le chemin pavé et ralliez une belle ferme devant laquelle vous passez pour rejoindre la route. Suivez-la sur la droite sur 50 m jusqu'à la croix des Plaignes. 0H15.
    Prenez à droite, puis de nouveau tout de suite à droite le long d'un mur, comme si vous reveniez sur vos pas. Au niveau d'une belle maison, montez à gauche par le sentier en lacets, puis à droite au croisement suivant. A la Grangiat, repérez le sentier de droite par lequel vous arriverez au retour. Poursuivez direction les Chosalets et suivez le balisage qui vous conduira aux Combes, puis à la route au dessus. Longez la route à gauche puis empruntez le chemin à droite, quasiment parallèle. Ce vieux chemin rural, encore en partie pavé, vous amènera à Chantemerle, sa Chapelle et ses belles bâtisses typiques. 1H15.
    A l'entrée du village, bar/casse-croûte Chez Lou Zéphiné.
    Arrivés au bassin, poursuivez à droite vers Les Chosalets, passez devant la Chapelle et prenez en face le chemin parallèle à la route. Lorsqu'il fait une épingle à cheveux vers la droite, quittez-le pour prendre tout droit un peu à gauche un sentier (balise) qui reste parallèle à la route que vous rejoignez un peu plus loin. Suivez-la, partez à droite au croisement direction Les Chosalets.
    Juste avant l'entrée du village, le sentier descend à droite dans une petite combe. 1H35.

    Empruntez-le, il remonte en face et, lorsqu'il s'aplanit, partez un peu sur la droite le long de la lisière pour vous engager sur le chemin dans la forêt. Suivez le balisage. Quelques points de vue sur la Pointe de Sales et le Massif du Mont-Blanc se dévoilent par endroits. Le sentier fait une grande traversée à flanc de montagne sur la droite. Ne manquez pas, étant revenu au-dessus du hameau de Chantemerle, le sentier qui part à gauche (balise). 1H55.
    Le sentier repart dans une grande traversée vers la gauche, au début de laquelle vous passerez à coté de remarquables blocs rocheux erratiques. Une série de grands lacets vous amène à un chemin enherbé. Prenez à gauche, passez une épingle à cheveux juste après. Vous rejoignez un chemin plus large qui vous ramène à La Grangiat. Descendez à gauche par l'itinéraire de montée jusqu'à Samoëns.
  • Documentation

    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
  • Clientèles acceptées

    • Individuels
Points d'intérêt
1 Hameau de Chantemerle
Chantemerle est l'un des plus hauts hameaux du village de Samoëns. Une carte postale du temps passé avec ses vergers et sa vue panoramique.<br/>Dès le XIVe siècle, on retrouve trace dans les archives de l'existence de Chantemerle, hameau de Samoëns. On l'appelait alors Chantamellaz. Difficile d'imaginer aujourd’hui que, dans les années 1950, une dizaine de familles y habitaient à l'année. Vivant de l'élevage pour la plupart, ces familles étaient réunies dans de grandes fermes. Des bâtiments encore parfaitement entretenus. On y faisait les foins en commun, le bois et les corvées de route, de même pour l’eau.

L'école a reçu jusqu'à trente-cinq élèves en 1920, toutes sections confondues. Elle a fermé ses portes en 1960. Depuis peu, la plupart des maisons du hameau de Chantemerle, attendent les vacances et leurs nouveaux propriétaires, pour rouvrir leurs volets. Cela, le temps d'un été ou d’un hiver. Et puis, il y a aussi, blottie au sommet du hameau, la chapelle fondée en 1684 sous le vocable de Saint-François-de-Sales. Témoignant de l'art des tailleurs de pierre et surmontée d'un clocher à bulbe, la chapelle était un lieu de pèlerinage. Les processions des habitants du hameau étaient rythmées par les chants et prières pour que le temps soit favorable et les récoltes abondantes.

Ayant su traverser les siècles tout en protégeant ses villageois appelés les « Bochars de la Lanche », la chapelle a été magnifiquement restaurée, en 2007, avec le concours de l'association « Les amis des chapelles ». Chantemerle est une carte postale du temps passé avec ses vergers, sa vue panoramique et quelques matériels agricoles. Matériels dont on jugerait qu'ils sont prêts à resservir. Rien n'est abandonné. La vie y est tout juste un peu endormie.
2 Jardin botanique alpin "la Jaÿsinia"
Créé en 1906 par Marie Louise Cognac Jaÿ, fondatrice de La Samaritaine. Classé Jardin remarquable de France. 1.5km de promenade bucolique et romantique avec un dénivelé de 80m. 4800 plantes de montagne réparties en 2500 espèces.<br/>La Jaÿsinia, fermée en période hivernale, regroupe 4800 plantes de montagne, réparties en 2500 espèces.
Le jardin botanique Alpin est sculpté sur le flanc montagneux sud dominant le village, exposé plein sud. D’une surface de 3700 hectares, La Jaÿsinia est situé sur un terrain en forte pente (80 mètres de dénivelé). Cet écrin des Alpes compte 2500 espèces de la flore de montagne provenant des cinq continents. Ce sont donc au total 4800 plantes provenant du monde entier qui le compose et en font un jardin botanique unique en son genre en montagne.
Depuis 1936, il est sous la Direction scientifique du Muséum national d'Histoire naturelle (département des Jardins Botaniques et Zoologiques). Le jardin est doté d'un laboratoire ouvert aux scientifiques. Un laboratoire qui abrite une collection de plantes de Savoie et des Alpes en herbiers.

Écrin de nature au cœur du patrimoine, le jardin « La Jaÿsinia » dans le village haut-savoyard de Samoëns fait exception. Il se caractérise par d’impressionnants jeux d'eau et de cascades, des scènes arborées.
La Jaÿsinia accueille aussi les ruines du château de la Tornalta, appelé également château de Montanier (XIIe siècle) et une chapelle du XVIIIe siècle. Tous ces lieux sont visibles depuis le petit sentier bucolique qui serpente à travers le jardin.
À la fois lieu d'étude et véritable havre de paix où l'on vient se ressourcer, il constitue un passage obligé quand on vient séjourner à Samoëns. Le visiter, c’est aussi s’imprégner d’une célèbre histoire locale.

Le 1er juillet 1838 naquit une petite Septimontaine nommée Marie ­Louise Jaÿ, dont le destin allait marquer le village et...La capitale !
À 15 ans, la jeune fille part tenter sa chance à Paris. C'est là-bas qu'elle rencontre Ernest Cognacq, qu'elle épousera par la suite. Ensemble, ils fondent « La Samaritaine ».
Le succès est immédiat. A la tête d'une immense fortune, sans enfant, Marie ­Louise et Ernest consacrèrent la fin de leur vie aux bonnes œuvres et n'oublièrent jamais le village natal de Madame. Ainsi, en 1906, Marie­Louise Cognacq-Jaÿ, crée le jardin botanique de la Jaÿsinia.
Une fois arrivé au sommet, la vue sur le bourg s'ouvrira à vous. Une balade et un panorama dignes des plus beaux tableaux de paysagistes romantiques. Quant aux milliers d'essences de plantes et de fleurs, elles vous raviront les sens !
3 La Chapelle de Chantemerle
La chapelle du Chantemerle à Samoëns a été édifiée en 1684. Elle est placée sous la protection de Saint-François de Sales. Ce saint populaire en Savoie est souvent invoqué comme thaumaturge polyvalent.<br/>Aujourd’hui, Saint-François de Sales est le patron des journalistes et, par extension, des écrivains.
Surmontée par un magnifique clocher à bulbe, la chapelle du hameau est un témoignage architectural de l’art des tailleurs de pierres. Les paroissiens y venaient en procession, en priant et en chantant pour que le temps soit favorable et les récoltes abondantes. Ce centre de la vie religieuse et sociale a traversé les siècles.

À l’image de la Chapelle De Vallon, celle de Chantemerle eu un rôle de protection des villageois. Villageois appelés les « Bochars de la Lanche ». Blottie près des maisons du hameau qui lui a donné son nom, cette chapelle était encore au XIXe siècle un but de procession pour sauver les récoltes lors de grandes sécheresses ou de pluies persistantes. La chapelle a été magnifiquement restaurée, en 2007, avec le concours de l'association « Les amis des chapelles ».

Vous souhaitez visiter le hameau de Chantemerle, ses environs et sa chapelle ? Des circuits partiels bien balisés (fléchage jaune) par le Syndicat Intercommunal de la Vallée du Haut-Giffre et le Conseil Général de Haute-Savoie (Qualité Environnement) existent. Des visites guidées, organisées par les Guides du Patrimoine Savoie Mont Blanc en été et hiver permettent également d’entrer dans les chapelles, mais aussi découvrir leur histoire et celle de ces typiques hameaux savoyards.
4 La rivière du Giffre
Le Giffre est une rivière de montagne par excellence. Il traverse Samoëns et permet toutes les activités liées à l'eau.<br/>En fond de vallée, le Giffre déroule imperturbablement ses méandres de galets et de graviers. Torrent de montagne alimenté par les innombrables cascades du Bout du Monde et du Fer-à-Cheval, le Giffre se fait étroit et profond dans les gorges des Tines pour se laisser gagner par ses envies de largesse plus en aval dans la plaine de Vallon. Là, ses rives et ses plages de cailloux et de sable donnent libre cours aux jeux d'eau, aux barrages éphémères et aux revigorantes baignades. Les amateurs de rafting, de kayak et d'hydrospeed peuvent s'en donner à cœur joie. Le Giffre ne s'arrête pas en si bon lit et alimente les deux plans d'eau de la base de loisirs. Un espace vaste et tranquille où l'on peut pêcher la truite, s'essayer à la pratique du golf aquatique ou partir à l'assaut du parcours accro-branche.
5 Le Gros Tilleul
Au coeur historique de Samoëns, les anciennes halles du marché et le Gros Tilleul renvoient à un passé ancestral, en demeurant des lieux de rencontre et de convivialité incontournables de la vie locale. Un bel exemple de patrimoine vivant.<br/>Arbre emblématique de Samoëns, le Gros Tilleul a été planté en 1438 pour célébrer un jugement rendu par le Duc Amédée VIII de Savoie, confirmant aux habitants de Samoëns la possession des alpages de Frétérolle, Chardonnière, Vigny et Cuidex, situées dans la vallée voisine de la Manche. Arbre remarquable, par son âge et par son envergure, le Gros Tilleul constitue un véritable repère, célébré par de nombreux écrivains, poètes et musiciens locaux à travers les âges.
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur Les Suets :
  • Médiocre
  • Moyen
  • Bon
  • Très bon
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Les Suets, soyez le premier à en laisser un !