Voir les photos (4)

Col de Joux-Plane versant sud depuis Samoens

à Samoëns
13.5 km
Vélo route
Difficile
  • Une ascension réputée difficile, sans aucun replat, maintes fois parcourue par le Tour de France. Vue grandiose sur le Mont Blanc.
    Pente moyenne : 7,5%
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
  • Clientèles acceptées
    • Individuels
Points d'intérêt
1 Eglise Notre Dame de l'Assomption
Achevée en 1555, l’église Notre-Dame de l’Assomption à Samoëns est un témoignage architectural de l’œuvre des renommés tailleurs de pierres du village.<br/>La première mention de l'église date de 1167. Ancienne collégiale du Diocèse de Genève, l'église actuelle a été construite sur les ruines de l'ancienne église détruite en 1476 lors de l'invasion des Bernois. De cette église d'origine, ne semblent subsister que la partie inférieure de la tour-clocher (XIIIe siècle), ainsi que la chapelle Saint-Claude (XVe siècle). Il fallut attendre 1555 pour voir s'achever les travaux de construction (porche, bas-côté droit). S’ensuivirent alors les travaux du chœur de l’édifice religieux, achevés en 1605. Puis enfin ceux du bas-côté gauche (1621), puis de la sacristie (1840).

L'église de Samoëns, marquée par le travail des tailleurs de pierres, est l’un des symboles du village avec le Gros Tilleul. En effet, les chantiers de l'église et les éléments de décoration ont été l'œuvre des Maçons de Samoëns, tailleurs de pierre réputés en Savoie et en France. Tailleurs auxquels Vauban, Voltaire et Bonaparte ont fait appel pour de multiples travaux. Les bâtisseurs du Giffre ont laissé dans l'église de nombreuses les traces de leur savoir-faire.

En 1917, Marie-Louise Cognacq-Jaÿ, fondatrice des grands magasins de la Samaritaine à Paris, 10 ans après avoir créé le jardin botanique alpin fut de nouveau la bienfaitrice du patrimoine de Samoëns. Elle accepta de subventionner la rénovation de l'intérieur de l'église de son village natal décorée selon le style de l'époque d'inspiration néo-gothique. Ce décor en plâtre armé devenu à son tour vétuste, on entreprit une seconde rénovation générale de l'édifice entre 1978 et 1982. C’est de là dont vient l'aspect moderne de l'église contemporaine, inscrite au titre des monuments historiques depuis 1987.
2 La Grenette
Au cœur historique de Samoëns, les anciennes halles du marché et le Gros Tilleul renvoient à un passé ancestral, en demeurant des lieux de rencontre et de convivialité incontournables de la vie locale. Un bel exemple de patrimoine vivant.<br/>Les anciennes halles couvertes, qui se dressent fièrement sur la place du Gros Tilleul, évoquent ce temps ancien où toute l’économie de la vallée gravitait autour du chef-lieu et de son marché hebdomadaire. Dans la petite cité de Samoëns, la tenue régulière d’un marché tous les mercredi matin a été instituée par lettres patentes du comte Amédée VI de Savoie, en 1355. Pour abriter le marché, protéger les marchandises et faciliter la perception des redevances, les habitants du bourg construisirent, dès cette époque, une première halle. Ce grand bazar couvert où s’achetaient et se vendaient chaque semaine des draps, des fourrures, des bonnets, des graines, des fruits, des œufs, du fromage, de la viande, n’eut de cesse de prospérer. La halle doit son nom de « Grenette » à l’une de ses fonctions primitives qui était de protéger les grains et les semences des intempéries chaque semaine pendant le marché. Elle abritait aussi deux foires annuelles, des ventes à la criée au printemps, et des réunions publiques où s’ébauchèrent les premières formes de vie municipale.
Cette grenette médiévale, construite en bois, fut entièrement détruite au cours du grand incendie de 1476. Reconstruite à l’identique dans les années suivantes, la halle était de nouveau ravagée par les flammes en 1537.
Le bâtiment actuel fut élevé au cours du XVIIIe siècle. Robuste et massif, reposant sur une colonnade monumentale en pierre des Fontaines, il a bénéficié du savoir-faire des maçons de Samoëns, et des soucis hygiénistes de son temps. Un ruisseau fut dérivé vers le bâtiment pour servir d’égout : il devait couler au grand air pendant plus de deux cents ans, avant d’être recouvert pour la commodité des promeneurs.
Les constructions se desserrant peu à peu autour de la halle, la menace d’incendie se dissipant peu à peu, le bâtiment put traverser le temps et nous parvenir sans encombre. A plusieurs reprises, il fut restauré au cours. La belle charpente apparente qui couvre la Grenette a été refaite dans les années 1880, mais elle conserve des pièces du bâtiment d’origine.
Intégrée au périmètre de protection de l’église au titre des monuments historiques en 1983, la Grenette n’a plus vocation à abriter le marché alimentaire du mercredi matin. Elle n’a cependant jamais été autant utilisée : convertie en forum d’animation populaire, pour le plus grand plaisir des Septimontains et des visiteurs de la station, elle demeure un lieu d’échange original et apprécié.
3 Lac de Joux Plane
Ce lac accessible en voiture sera le partenaire idéal de toute la famille. Pêche, promenades au milieu des alpages et plaisir d'être nez à nez avec les vaches.<br/>Ce lac situé entre Samoëns et Morzine vous permettra de vous ressourcer dans un cadre de montagne douce. Activités : pêche (achat de carte sur place), balades et randonnées: itinéraires balisés. Ski de fond et raquettes en hiver.
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur Col De Joux-Plane Versant Sud Depuis Samoens :
  • Médiocre
  • Moyen
  • Bon
  • Très bon
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Col De Joux-Plane Versant Sud Depuis Samoens, soyez le premier à en laisser un !