Place de la Gare, AnnemassePlace de la Gare, Annemasse
©Place de la Gare, Annemasse|Archives municipales de la Mairie d'Annemasse
Légendes & histoires localesPlace de la Gare d'Annemasse
Légendes & histoires locales

Place de la Gare d’Annemasse

Vous pensiez connaître tous les secrets des Monts de Genève ?
Entre passé chargé d’histoires et lieux fourmillant d’anecdotes, découvrez les facettes insoupçonnées du territoire.
Ouvrez un nouveau chapitre et laissez-vous conter l’histoire et les origines de la Maison de la Mobilité et du Tourisme.

Place

de la Gare

Saviez-vous qu’Annemasse était la deuxième plus grande agglomération de Haute-Savoie ?
Par sa croissance et sa localisation, elle est devenue l’un des axes majeurs du département. Accompagnée par un fort développement des structures ferroviaires, la gare d’Annemasse et sa place ont aujourd’hui fait peau neuve !
Mais connaissez-vous son histoire ? Retour sur les origines de ce lieu emblématique !

Lieu de transits et de passages importants, saviez-vous que la Place de la Gare a été l’une des premières places d’Annemasse ? Elle date du XIXème siècle et a été construite en même temps que la gare PLM (Paris Lyon Méditerranée).
Attrayante par l’afflux important des voyageurs, les commerces et les hôtels en profitent pour s’installer à proximité. À l’image de l’Hôtel de la Gare, de l’Hôtel de l’Europe ou de l’Hôtel de Paris.

En un véritable pôle névralgique, tous les moyens de transports partaient ou transitaient par cette place. Au fil du siècle dernier, plusieurs lignes s’y sont succédées. Les lignes PLM puis SNCF, la ligne de train Annemasse-Sixt ou encore le tramway n°12, la mobilité était déjà un enjeu majeur. Le train devient au fil du temps un atout stratégique dans les rapports commerciaux avec la Vallée du Giffre pour le secteur de l’exportation du bois.

La ligne

Annemasse - Samoëns-Sixt

De 1888 à 1891, 43 km de ligne sont construits pour relier Annemasse à la Vallée du Giffre. Le Conseil Général choisit le tramway à traction à vapeur. Gérée par les Chemins de Fer économiques du Nord, cette ligne ouvre en 1892. Il était désormais possible de rallier Samoëns en moins de 3h, avec deux embranchements vers Bonneville et Marignier. Partant d’Annemasse, ce tramway novateur desservait les communes de Bonne-sur-Menoge, Pont de Fillinges, Viuz-en-Sallaz, Ville-en-Sallaz, La Tour, Saint-Jeoire, Mieussy, Taninges et Verchaix.

L’histoire suit son cours… Et c’est en 1928 que le train à vapeur s’arrête. Les lignes sont électrifiées en 1932 et les techniques s’améliorent. Les voyageurs à destination de Samoëns profitent ainsi d’un voyage de 2h et un prolongement jusqu’à Sixt est créé.

Gare des

"CEN"

Le confort des voyages en train était sommaire mais cela ne freinait pas les voyageurs ! Avec plus de 300 000 voyageurs en 1914, les flux deviennent de plus en plus importants par la suite avec pas moins de 650 000 voyageurs en 1945 ! La compagnie CEN construit ainsi une nouvelle gare afin de pouvoir accueillir ces passagers. Maurice Braillard, un architecte genevois, est choisi pour ce nouveau projet et l’infrastructure est inaugurée le 23 août 1932. Mais à quoi correspondent les 3 lettres « C.E.N. » ? Encore visibles aujourd’hui sur le bâtiment devenu la Maison de la Mobilité et du Tourisme, voici la réponse : Chemins de Fer économiques du Nord ! Et oui, tout simplement.

Mais revenons au bâtiment. La partie gauche de cet édifice possède un toit à coyau. Pour la partie droite, elle est ornée de « belles fresques représentant les sites de la vallée du Giffre, avec les guichets, et au fonds le service des colis » et abrite la salle des pas perdus.

Mais c’est dans les années 50 que la machine s’enraye. L’ère de la production de masse est là. Avec l’essort des voitures et des camions, ils concurrencent le transport ferroviaire. La compagnie CEN est souvent déficitaire et le conseil général vote sa fermeture en mai 1959. Les autocars remplacent les trains à partir de 1986 et le bâtiment est rénové par l’architecte M. Jaquet à la demande du maire Robert Borrel. De 2015 à 2018, de nouvelles rénovations par le cabinet De Jong ont eu lieu. Visible aujourd’hui, le bâtiment abrite désormais la Maison de la Mobilité et du Tourisme.

Devenue aujourd’hui un véritable pôle d’échanges multimodal, la place de la gare est l’atout majeur de toutes les mobilités sur le territoire genevois. En son centre, siège maintenant la Maison de la Mobilité et du Tourisme où les équipes de l’Office de Tourisme et de la TAC vous accueillent.

Remerciements

aux Archives Municipales de la mairie d’Annemasse pour leur collaboration et l’aide apportée à la rédaction de cet article. Plus d’informations sur annemasse.fr.