Aérodrome d'AnnemasseAérodrome d'Annemasse
©Aérodrome d'Annemasse|Aérodrome d'Annemasse
Légendes & histoires localesL'aérodrome d'Annemasse
Légendes & histoires locales

L’aérodrome d’Annemasse

Percez les secrets de l’aérodrome d’Annemasse, une porte d’entrée surprenante des Monts de Genève.
Découvrez l’histoire et l’évolution de ce lieu où apprentissage, loisirs et passion de l’aviation se mêlent depuis de nombreuses années.

Champ d'aviation

autour d'Annemasse

Saviez-vous que l’aérodrome d’Annemasse n’était à l’origine qu’un simple champ ? En effet, la globalité de sa construction et de son développement date du siècle dernier !

C’est dans les années 1930 que le 35ème régiment d’aviation de Bron repère des espaces dans la région pouvant accueillir des avions avant la Seconde Guerre Mondiale. À cette même période, un projet gouvernemental prévoit de développer les aérodromes dans les différents départements français. Chaque ville d’importance doit alors être dotée d’un aérodrome à moins de 50 km. Suite à cette décision, François Roch, un ancien du 35ème régiment d’aviation, crée l’aéro-club Voirons Salève sur une partie du terrain des Bois de Rosses acquis plus tôt par Annemasse.

Le 6 octobre 1945, l’aéro-club se modernise et devient le Club Aéronautique d’Annemasse (CAA) grâce à François Durafour, le premier aviateur francosuisse civil à s’être posé sur le Mont Blanc. Avec la création du Club, les équipements se modernisent en s’offrant une bande d’atterrissage et un hangar.
Un événement inauguré en grande pompe le 27 Juillet 1947 avec l’organisation d’un grand meeting aérien. En 1948, Marcel Bruchon devient président de la structure et lui fait prendre son envol. Il entreprend notamment la construction du tout premier avion officiel du club.

L'aérodrome

prend son envol

C’est dans les années 50 que l’aéro-club insuffle un vent de renouveau pour l’aérodrome. Jean Servoz, un agriculteur de Vétraz-Monthoux, participe activement à la réalisation et la construction de l’avion de Marcel Bruchon, le RA14. Cet équipement devient le tout premier appareil dont se dote l’aérodrome. Dénommé le « Roger Adam » et spécialisé dans les vols de loisirs, cet avion est inauguré le 14 juillet 1951 et est baptisé « ville d’Annemasse ». Un peu plus tard, l’aérodrome fait l’acquisition d’un terrain pour la réalisation de deux nouvelles pistes par les ingénieurs des Ponts et Chaussées de l’État.
Au fil du temps, l’aérodrome voit encore plus grand. Le 07 août 1955, il s’ouvre officiellement à la circulation aérienne publique ! La structure grandit, se modernise et l’association devient le 1er aéroclub de France. C’est en 1991 que l’aérodrome cède une partie de ses 53 hectares acquis auparavant.
Ces terrains permettent alors la création de la zone artisanale du Grand Bois à Annemasse qui regroupe aujourd’hui de nombreux commerces.

La formation comme

passion

Dans les années 2000, la ligne de conduite de l’aérodrome évolue. La ville d’Annemasse confie l’administration au titre d’une délégation du service public. Ainsi la SARL Marcel Bruchon, une filiale du CAA, assure la gestion et les charges en collaboration avec la municipalité. La nouvelle génération prend le relais !
François Gonnet, qui dirige le lieu depuis 1983, passe le flambeau à son fils Frédéric. Ce dernier, sous la présidence de Jacques Abedecaroux, est nommé à la direction de l’aérodrome. Il assure la responsabilité et la sécurité de la plateforme au sein de la SARL Marcel Bruchon ainsi que la direction du club aéronautique d’Annemasse. Il est par ailleurs le responsable pédagogique de l’école d’aviation. En proposant des formations homologuées aux titres européens, c’est plus de 100 élèves qui sont formés tous les ans au métier de pilotes dans l’aéronautique, le civil et le militaire.
Étant l’un des premiers clubs de France, l’aérodrome représente aujourd’hui 400 membres du réseau du sport de l’air et de l’ULM. Avec 7 000 heures de vol au compteur chaque année, toutes activités confondues, il continu de se développer avec pour objectif la transmission de la passion et la découverte du territoire par les airs. Équipé d’environ 24 avions et accompagné par 17 salariés au quotidien, le CAA met en lumière Marcel Bruchon par le nom de la structure en hommage à ce président qui en a fait un lieu d’apprentissage et de partage.

Un ballet

virevoltant

Entre l’aviation d’affaire et de tourisme, l’aérodrome Marcel Bruchon regroupe aujourd’hui plusieurs structures et centralise un grand nombre de services. Le CAA et son école de formation pour la pratique d’activité de loisirs et de tourisme aérien. Mais également Mont-Blanc Hélicoptères, avec son atelier de maintenance et ses diverses activités. Parmi celles-ci, les SAMU et secours pour les transports médicalisés de patients à destination de toute la France.

Il est aujourd’hui un centre névralgique dans le domaine de l’aviation haut-savoyarde. Point de départ des pilotes en quête de sensation, il permet de décoller pour survoler toutes les vallées de Haute-Savoie. Des bords du lac Léman, en passant par les sommets du Géoparc du Chablais et le Pays du Mont-Blanc, il est devenu un véritable carrefour aérien. Mais l’agglomération annemassienne n’en est pas en reste.

De la place de la Gare d’Annemasse, au Signal des Voirons, en passant par les coteaux du Petit Salève, laissez-vous captiver par les allées et venues de ces véritables bijoux de technologie. Autant de lieux pour admirer et contempler les avions au départ de l’aérodrome.
Fermez les yeux et l’espace d’un instant, imaginez-vous aux commandes de l’un de ces appareils. Une vue imprenable et saisissante s’offre à vous. D’un côté, les sommets enneigés du Mont-Blanc vous font de l’œil. De l’autre, le jet d’eau de Genève et le lac Léman vous dévoilent toute leur beauté… Vous avez peur de voler ? Restez sur terre, levez simplement la tête et laissez-les virevolter dans les nuages, ils ne manqueront pas de vous charmer. Des sensations et des expériences uniques garanties à vivre dans les Monts de Genève.

Fermer